Menu Content/Inhalt
La fabrication du sabre japonais
Retour à l'accueil
La fabrication du sabre japonais Convertir en PDF
 

SHINGANE: le métal du coeur de la lame

    Le KAWAGANE dont la fabrication vient d'être détaillée formera l'extérieur et le tranchant de la lame. Des dagues peuvent être uniquement composées de KAWAGANE, mais les sabres longs ou courts sont composites: un deuxième type d'acier est utilisé pour le coeur : le SHINGANE.

    Comportant moins de carbone, il n'a pas les même qualités mécaniques: étant plus ductile, plus souple, il permet à la lame d'être moins cassante aux chocs.

    Pour l'obtenir, le forgeron part d'un kilo environ de TAMAHAGANE au taux de 0 .5%. Il forme directement une barre qui sera repliée et soudée une dizaine de fois pour chasser les impuretés. A la fin il reste une barre de 0.25kg au taux de 0.2-0.3%.

    Si le taux de départ est différent, le nombre de repliages est adapté pour arriver à ce niveau.

TSUKURIKOMI: l'assemblage des aciers

    L'étape suivante consiste à entourer le SHINGANE  par le KAWAGANE. Celui-ci est forgé en forme de gouttière de 35cm de long à l'intérieur de laquelle on pose le SHINGANE, à l'exception de l'extrémité, future pointe de la lame, qui ne sera faite que d'acier dur.

    L'ensemble est chauffé jusqu'à 1300° (le forgeron repère cette température d'après la couleur blanc-jaune du métal), et est martelé pour que le SHINGANE  soit totalement entouré. La soudure doit être parfaite: toute erreur à ce stade serait fatale au futur sabre. Ce forgeage en 2 couches, forme la plus habituelle, est nommée KOBUSE-GITAE  et la structure obtenue s'appelle MAKURI-GITAE.  Une autre configuration existe: nommée HON-SANMAI-GITAE, elle consiste à assembler 3 pièces d'acier dur pour former les 2 cotés et le tranchant avec une pièce d'acier doux au centre. On peut aussi utiliser une quatrième couche d'acier dur pour le dos de la lame: la structure s'appelle alors SHIHO-ZUME-GITAE. Plus rarement encore, on peut  trouver en sus des 4 couches d'acier dur entourant le coeur, 2 couches d'acier intermédiaire, respectivement au dessus et au dessous du coeur: cette forme rare est dite SHOSHU-GITAE. Ces constructions sont excessivement complexes et beaucoup de secrets de fabrication de l'ancienne époque (l'époque KOTO), sont à jamais perdus.

SUNOBE: l'ébauche de la lame

    La barre courte et épaisse du TSUKURIKOMI est martelée à chaud pour obtenir une barre allongée et affinée dont la longueur équivaut à 90% de la longueur du futur sabre. Deux encoches sont alors marquées pour distinguer la soie de la lame, l'autre extrémité est taillée en pointe et aplatie. L'épaisseur du corps de la lame doit être uniforme sur tout le long de ce qui ressemble maintenant à un sabre.

Haut de la page