Menu Content/Inhalt
Les sabres japonais
Retour à l'accueil
Les sabres japonais Convertir en PDF
 

Types de lames

    D'une façon un peu artificielle, les lames sont divisées en 4 catégories selon leur longueur (NAGASA), mesurée depuis la pointe jusqu'à la limite de la soie (MUNE MACHI) :

  • Les TACHI et KATANA  ont une longueur supérieure à 2 SHAKU (60 cm).
  • Les WAKIZASHI ont une longueur de 1 à 2 SHAKU (30 à 60 cm).
  • Les TANTO  sont inférieurs à 1 SHAKU (30 cm). Les plus petits étant parfois nommés SUNTSUME TANTO « TANTO très raccourci ».  Bien entendu, ce serait trop simple si c'était aussi clair, et certaines lames légèrement supérieures à 1 SHAKU sont quand même des TANTO nommés SUNNOBI TANTO « TANTO rallongé ».

    Cette classification a été établie pendant l'époque EDO (1600 1868) et est toujours utilisée dans les lois japonaises relatives aux armes. Mais la nomenclature était différente au cours des siècles précédents. Par exemple, au cours de l'époque HEIAN (794-1185), la dénomination KATANA ou surtout USHIGATANA (sabre de ceinture), se référait aux sabres portés au travers de la ceinture, par opposition à TACHI qui désignait les sabres suspendus à la ceinture par des chaînes ou des cordelettes, et ceci quelle que soit la longueur de la lame. Le terme  WAKIZASHI était alors réservé aux lames portées à travers la ceinture sous l'armure.

    Certaines écoles de KENDO ont compliqué encore un peu plus la situation en appelant les KATANA des TACHI  et les WAKIZASHI des KODACHI (petit TACHI).

    Bien sûr, nous utiliserons la classification moderne habituelle.

Les TACHI

    Les TACHI étaient les longs sabres utilisés par les cavaliers pour frapper du haut de leur selle, depuis l'époque HEIAN. Ils étaient portés suspendus à la ceinture par 2 cordelettes ou 2 chaînes qui s'attachaient au fourreau de part et d'autre du point d'équilibre, le tranchant vers le bas. Beaucoup de ces fourreaux étaient recouverts de la même tresse que la poignée (ITOMAKI NO TACHI) afin de les protéger du frottement contre les armures. Pour la même raison, d'autres étaient gainés de fourrure (SHIRI SAYA) ou tout simplement de cuir. (Illustration 15)

    Les TACHI étaient aussi et vont longtemps rester les armes de la Noblesse de cour, et dans ce cas ils pouvaient être richement décorés. Cette importance de l'apparence extérieure dans le contexte très formel de la cour Impériale est telle que la valeur martiale est oubliée, et certains TACHI d'apparat anciens sont faits d'un acier de bien faible valeur.

Les KATANA

    Les KATANA utilisés depuis l'époque MUROMACHI (1392-1573) étaient portés au travers de la ceinture, le tranchant vers le haut. Ce changement était dû au fait que les combats n'étaient plus des affrontements limités de cavalerie, mais des batailles avec de fortes unités de fantassins. Sont alors apparus des sabres nommés HANDACHI ancêtres des KATANA, plus courts que les TACHI, éventuellement maniables d'une seule main.

    Les soies des sabres (NAKAGO) portaient la signature (MEI) du forgeron sur le côté OMOTE : c'est à dire le côté face à l'extérieur quand le sabre est porté. TACHI et KATANA ne sont donc pas signés du même côté car portés de façon inverse comme nous l'avons vu. Selon le coté utilisé, on parle donc de KATANA MEI ou de TACHI MEI. La date de la fabrication est inscrite du côté URA de la soie. Nous en reparlerons au chapitre sur le NAKAGO (soie de la lame).

    Ici un petit distinguo s'impose entre 2 des ancêtres du KATANA :

    Les UCHIGATANA sont connus par des peintures représentant des guerriers dès le début de la période KAMAKURA. Ce sont des sabres plus ou moins courts portés dans la ceinture, tranchant vers le haut, par des soldats de classe inférieure et dont la qualité de forge est faible : aucun ou presque ne sont parvenus jusqu'à nous.

    Les HANDACHI sont apparus plus tard, ce sont des TACHI courts, avec des montures de TACHI, mais portés aussi comme les précédents. (Illustration 16)

    Ce serait trop simple comme ça, bien sûr, et pour nous embrouiller on nomme souvent la monture de KATANA « monture UCHIGATANA ».

Les WAKIZASHI

    Les WAKIZASHI sont les sabres plus courts. Un KATANA et un WAKIZASHI forment un ensemble nommé DAISHO, contraction de DAITO « sabre long » et de SHOTO « sabre court ». Ces 2 armes, dont les montures sont appariées, existent sous cette forme essentiellement à partir de la fin du 16e siècle. (Illustration 17)

    Le WAKIZASHI était porté en permanence, même à l'intérieur des maisons, mais le KATANA n‘était porté qu'à l'extérieur.

Les TANTO

    La plupart des TANTO ou poignards à partir de la période HEIAN ont une structure un peu différente de celle des lames précédentes : elles n'ont pas de SHINOGI  (arête parallèle à l'axe longitudinal), les 2 faces sont donc plates (HIRA ZUKURI) et il y a un léger fléchissement du dos de la lame (MUNE) vers la pointe (UCHIZORI), surtout à l'époque HEIAN. D'autres existent avec la lame totalement droite, avec éventuellement un double tranchant.

Les autres lames : YARI et NAGINATA

    Le YARI est une lance avec une pointe faite pour trancher ou transpercer. Beaucoup étaient des lames droites à double tranchant, mais de nombreuses formes ont existé : les plus fréquentes des lames sont à section triangulaire ou losangique. Les lames sont longues de quelques centimètres jusqu'à 60 centimètres. Le manche en bois fait de 2 à 3 mètres.

    Le NAGINATA est un fauchard avec une lame courbe à un seul tranchant. Cette lame a une longueur variable, mais en général plus longue est la lame et plus court est le manche qui est parfois alors recouvert de tresse comme une poignée de sabre.