Menu Content/Inhalt
Les sabres japonais
Retour à l'accueil
Les sabres japonais Convertir en PDF

Rédigé par Jean-Pierre Blanchard

Le sabre japonais tel que nous le connaissons en Occident a une lame courbe à un seul tranchant. Ce n'est pas le seul modèle ; il y a eu dans les périodes les plus anciennes des sabres droits et des sabres courbes à 2 tranchants. De ceux-ci nous nous contenterons de les évoquer brièvement pour nous concentrer sur la forme habituelle.

Introduction

    Une bonne partie de ce texte a été adaptée des livres de M. Victor HARRIS, ancien chef du département des antiquités japonaises du British Muséum, très fin connaisseur en sabres et pratiquant d'arts martiaux. Une bibliographie se trouve à la fin du texte.

    Le sabre japonais tel que nous le connaissons en Occident a une lame courbe à un seul tranchant. Ce n'est pas le seul modèle ; il y a eu dans les périodes les plus anciennes des sabres droits et des sabres courbes à 2 tranchants. De ceux-ci nous nous contenterons de les évoquer brièvement pour nous concentrer sur la forme habituelle.

    Cette forme est apparue et a été perfectionnée pendant la période HEIAN (794-1185) et ce type de sabre est devenu le compagnon inséparable du Samouraï jusqu'au 19e siècle. La courbure est devenue nécessaire à cette époque pour que les cavaliers puissent sabrer du haut de leurs chevaux.

    D'autres armes blanches, dagues et armes d'hast (piques, hallebardes...) ont bien sûr été réalisées par les mêmes forgerons que les sabres, avec les mêmes techniques.

    La technique métallurgique est venue de Chine au 5e siècle, et des lames droites, de type chinois, ont été forgées au Japon pendant plusieurs siècles. Elles ont progressivement disparu après la création des lames courbes.

    En tant qu'armes, celles ci étaient techniquement supérieures à leurs homologues Européennes, et le polissage de leur surface révélait la beauté caractéristique de la texture de l'acier et de la ligne de trempe. Ce résultat était lié à la grande attention avec laquelle chaque étape de la fabrication était menée, depuis le raffinage du minerai jusqu'à la trempe du sabre.

    En plus d'être une arme mortelle et une oeuvre d'art unique, le sabre japonais a une composante mystique. Avec le joyau et le miroir, il est un des symboles sacrés des pouvoirs de l'Empereur Dieu de l'ancien Japon. Certains sabres sont même encore révérés comme objets saints dans quelques temples Shintoïstes.

    Dans la culture traditionnelle Japonaise, il y a de nombreux autels dédiés aux Dieux propres à chaque profession, et la fabrication de sabres ne fait pas exception.

    Dans ce contexte mystique, le concept de pureté s'applique aussi bien aux hommes qu'aux lieux et aux outils, et le forgeron lavera son corps et ses pensées avant de commencer, voire même travaillera vêtu comme un prêtre Shinto.