Menu Content/Inhalt
Morihei Ueshiba et l'Aikido
Retour à l'accueil

Index de l'article

  1. Morihei Ueshiba et l'Aikido
  2. Page 2
Morihei Ueshiba et l'Aikido Convertir en PDF

L'Aïkido est né d'une rencontre, celle d'une quête spirituelle et d'une recherche martiale. Le grand Maître (O'Sensei) Morihei Ueshiba fut à l'origine de celle ci.

Enfant malingre né en 1883 dans une famille aisée, il fut éduqué dans le cadre du Bouddhisme Shingon. Le grand-père de Morihei était Shihan de l'Aïoiryu, art martial secret, de transmission restreinte aux membres du clan Kii. Il connut très tôt des expériences mystiques qui furent essentielles à son approche bien particulière de la pratique martiale. Adolescent, il décida de discipliner et d'endurcir son corps : en portant sur son dos des pèlerins jusqu'aux sanctuaires dans la montagne, en s'immergeant dans des cascades d'eau glacée, en frappant sa tête avec une pierre plusieurs dizaines de fois par jour, et autres spécialités du même tonneau (de saké). Il est à noter que cette préparation physique un tantinet poussée lui permis de gagner des tournois locaux de Sumo.

A 20 ans, il travailla à Tokyo où il pratiqua le Ju-Jutsu (écoles Tenshin Shin'yo et surtout Kito Ryu), ainsi que le sabre (école Shinkage), avant d'être incorporé dans l'armée. Il reçut avant de partir, de son maître en Bouddhisme, un certificat d'illumination (preuve de son attachement à un développement spirituel parallèlement à l'étude martiale). A l'armée, il étudia le Goto-ha Yagyu Ryu (sabre et Ju-Jutsu) du grand Maître Nakai Masakatsu, et en reçut un diplôme d'instructeur (Menkyo) en 1908 après son retour à la vie civile. Dans cette école intervenait parfois Maître Handa qui se réclamait du Daïto Ryu. Brièvement, il étudia même un nouvel art martial : le Judo de Jigoro Kano, également ancien élève du Kito-Ryu et fortement influencé par celui-ci.

En 1912, il partit avec sa famille et d'autres pionniers pour fonder une colonie dans l'île de Hokkaido. C'est là que se place une des deux rencontres cruciales pour Morihei : en 1915, il croise la route de Takeda Sokaku. Takeda enseignait le Daïto-Ryu, issu du Ju-Jutsu traditionnel et de l'expérience poussée du maître du combat réel. Ses techniques étaient sensées être celle du style ancien des Minamoto, lui ayant été transmises par Maître Saigo Tanomo, Takeda étant le 35ième Maître de l'école mais il était connu aussi pour sa maîtrise du ken-jutsu (école Onoha ittoryu). De petite taille (1m50), puissant, voire effrayant, il enseigne dans les auberges et ne dédaigne pas un combat à mort quand l'occasion se présente. Morihei est fasciné et devient son élève, dés 1917 il reçoit un diplôme d'instructeur. En 1931, Takeda lui remettra le diplôme (makimono) de Maître es-Daïto.


ueshiba1940

En 1919, apprenant que son père est souffrant, il quitte le Hokkaïdo en abandonnant ses biens à Takeda : c'est ainsi qu'il rencontre Onisaburo Deguchi, deuxième rencontre cruciale, cette fois spirituelle. Deguchi est devenu le Maître de la secte Shinto Omoto-Kyo à la mort de Nao, sa fondatrice. Il a plusieurs millions d'adeptes et un charisme hors du commun. Considéré comme un agitateur pour ses opinions pacifistes et anti-impérialistes, il est surveillé par la police et sera arrêté et libéré à plusieurs reprises. Subjugué, Morihei s'installe en 1920 à Ayabé, siège de la secte pour travailler la terre et pouvoir suivre l'enseignement du "saint-gourou". Deguchi le charge bientôt d'enseigner son art à ses disciples. Lors de ce séjour, on sait qu'il approfondit sa connaissance des Budos en étudiant la lance Hosan-Ryu et le Chokoshin-Ryu. En 1922 Morihei décide d'appeler son art Aïki-Bujutsu (mais ses élèves préfèrent Ueshiba-Ryu ou Ueshiba-Juku). Cette étape est importante, car survient la notion d'Aïki (harmonie \ énergie). La notion de Ki doit beaucoup aux styles Daïto et Kito, mais celle d'Aï (harmonie) doit davantage aux croyances de Morihei et allait encore évoluer jusqu'à la création de l'Aïkido à proprement parler. La réputation de Budoka de Morihei attira à Ayabé des pratiquants extérieurs à la secte Omoto-Kyo, en particulier des officiers de marine.